Historique du Château de Pratulo

manoir pratulo (3)Pratulo est un des plus anciens et importants châteaux de la région. Son nom vient du breton « Prat Thélo », prairie de Saint Thélo en souvenir de ce moine venu d’Angleterre au 6è siècle pour évangéliser la Bretagne. Son souvenir se perpétue jusqu’à nos jours par la troménie et les vitraux du cœur de l’église de Landeleau le représentant sur un cerf.

Pratulo a été construit en 1420 par un cadet de la maison des Douglas, proche parent du roi d’Ecosse de l’époque, un Stuart. Envoyé avec une armée de 7.000 hommes au secours de Charles VII, très mal en point face aux anglais (époque de Jeanne d’Arc). Ce jeune homme se montra un très bon Général puisqu’il gagne plusieurs batailles pour le roi de France. Celui-ci pour le remercier le nomma Duc de Touraine. Au cours de ses nombreux voyages, notamment en Bretagne, il rencontra la dame de Pratulo, en tomba amoureux, l’épousa et y demeura le reste de sa vie.

Et c’est pour commémorer le souvenir de ce prince écossais de la maison royale des Stuart, venu au secours du roi de France, que le moulin situé à 400 mètres du château (sur l’Aulne) porte encore son nom. En effet, le moulin vert est le diminutif du nom breton « Mael Douglas » moulin de Douglas devenu au cours des siècles Mael Glas, en français : moulin vert.

Le pigeonnier, les remparts avec des tours à meurtrières entouraient six hectares de jardins à la française. Le pont de 53 mètres sur l’Aulne, ainsi que le barrage seraient aussi son œuvre.

Les Douglas firent souche à Pratulo, mais en 1650, leurs descendants n’eurent qu’une fille unique qui épousa la Marquis de Muzillac.

La famille Muzillac transforma Pratulo, façon 18ème, notamment en agrandissant les fenêtres, alors qu’auparavant ce n’était que des petites fenêtres à meneaux.

Etant sans postérité, les Muzillac vendirent la propriété en 1806 à la famille Jégou du Laz dont les descendants habitent toujours là.

Le Comte Jégou du Laz, dont on rappelle le souvenir à la maison du canal au Pont-Triffen, fit beaucoup pour la région. Il acheta notamment deux péniches pour remonter le sable calcaire de la rade de Brest, ce qui a permis d’introduire l’assolement tréénal et faire de cette région une riche région d’élevage.

En 1906, le Comte Adolphe du Laz, d’une descendance de 10 enfants, construisit un château qui brûla en 1946. Un dicton disait que Pratulo et Trévarez (à Châteauneuf du Faou) seraient anéantis pendant une révolution, ce qui est malheureusement arrivé. La famille est revenue dans cette demeure, vieille  de 600 ans, avec d’énormes travaux de restauration puisque pendant 40 ans, Pratulo avait été abandonné et était devenu un bâtiment de ferme.

En 1965, en raison des dégâts occasionnés par les nombreux promeneurs, la famille du Laz décidèrent de créer un terrain de camping qui est encore existant actuellement, ce qui a permis la restauration de la propriété.

Depuis 1992, les actuels propriétaires continuent la restauration pour redonner vie à cette belle et vieille demeure.

Comme son père et ses ancêtres, ils souhaitent plus que tout entretenir ce patrimoine ancien de plusieurs siècles.

Pratulo restera une belle et vieille histoire de famille… et d’amour.